Galerie
First First First First

Fast

Petites chorégraphies du quotidien

« Prenez un fait quelconque de la vie réelle, même sans rien de remarquable à première vue, et si seulement vous avez de l’oeil, vous y trouverez une profondeur que Shakespeare n’a pas ».
Dostoïevski

Fast se présente comme de petites chorégraphies du quotidien, où la parole jaillit, parfois insensée, souvent vitale. Elle traduit le basculement, le bouleversement au coeur de la banalité.

Les tableaux se succèdent avec la cohérence du désordre de l'âme humaine, se créent comme des accidents, au rez de chaussée d'une maison, dans une cour intérieure, sous un porche.

On y flirte avec l'absurde, le grotesque, la poésie.

On y voit des pages de journaux devenir des tapis parlants, avaler un visage, se faire avion, bourrer un corps et le rendre difforme. On y entend les plaintes et les rires de femmes invisibles, arrivées de nulle part, murmurant dans la langue de Shakespeare sous un parapluie drapé de rouge, tel une marionnette fantomatique.

Premier rendez-vous avec le public :
la Créature guide les pas des curieux vers chacun des autres rendez-vous. Elle les invite à la dégustation de "ces friandises humaines", avec légèreté, sans risque d'indigestion !

Deuxième rendez-vous : l'Enclume
Le rez de chaussée d'une maison, une fenêtre, une porte. Une femme arrive et entre chez elle. Le public la voit déambuler comme dans un bocal, on devine une autre présence. Nous la nommons l'Enclume, celle que nous connaissons tous, peut-être...

Troisième rendez-vous : Le jardin public
Dans une cour intérieure arrive, pieds nues une autre femme, prise par l'obsession de coller sans fin des journaux étranges. A-t-elle révé ou non ce qui la hante ?

Entre chacune de ses rencontres, la déambulation se poursuit menée par la
bizarrerie de la Créature fantasque.

Distribution

    Avec : Pascale Karamazov, Sophie Zanone.

Dernière diffusion

Commande Aubagne

Les autres archives